BIENVENUE

AU-DELÀ DE LA DIVERSITÉ : APPRENDRE ET TRAVAILLER DANS UN MONDE INCLUSIF

AÉPUC RCIÉ 2015 est le premier congrès conjoint des deux organisations nationales que sont l’Association pour l’éducation permanente dans les universités du Canada et le Réseau canadien pour l’innovation en éducation. Nous travaillons ensemble pour vous offrir une expérience unique en son genre à Winnipeg en 2015. Joignez-vous à nous et profitez de deux congrès pour le prix d’un.

Conférencier de marque : Ovide Mercredi

Ovide Mercredi, diplômé de l’UM (LLB/1977), est avocat, négociateur, artiste, poète et activiste. Ancien chef national de l’Assemblée des Premières Nations et ancien chef régional de l’Assemblée des Premières Nations pour le Manitoba, il a servi plus récemment sa communauté en tant que chef de la Nation crie Misipawistik de 2005 à 2011.

Conférencier de marque : Stephen Murgatroyd

Stephen a travaillé pendant plus de trente ans comme professeur et administrateur dans les milieux universitaires au Royaume-Uni, au Canada et dans les ÉAU, où il a occupé notamment des postes de doyen et vice-président. Il a publié de nombreux ouvrages – plus d’une quarantaine de livres, six cents articles dans des revues savantes et chapitres de livres sans compter ses nombreux articles dans des journaux et magazines. Souvent invité à titre de conférencier d’honneur, Stephen s’intéresse tout particulièrement à l’innovation et au changement dans les organisations. Il a travaillé pour soixante-dix des entreprises Fortune 500 et été recruté comme expert-conseil par des collèges et des universités de par le monde. Il est considéré comme un théoricien de premier plan quant à l’avenir de l’éducation, surtout depuis la publication de ses deux livres, Rethinking Education et Rethinking Post-Secondary Education (en collaboration avec Janet Tully). Ce psychologue et entrepreneur canadien est aussi un conférencier fascinant.

Appel de communications – AÉPUC RCIÉ 2015

Au-delà de la diversité : apprendre et travailler dans un monde inclusive

 

cauce_leaf

MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE DES RÉSUMÉS

Il peut s’agir d’exposés individuels, de panels, de tables rondes et de présentations visuelles. Toutes les séances devraient s’articuler autour du thème du congrès. Les résumés peuvent être soumis dans la langue de présentation prévue (français ou anglais). Il n’y aura pas de traduction simultanée. Au début d’octobre, vous trouverez sur ce site les divers volets du congrès, le formulaire à utiliser pour soumettre un résumé ainsi que d’autres détails. (Nous vous invitons donc à reconsulter le site.)

Toutes les personnes qui présenteront une communication doivent s’inscrire au congrès et payer les frais correspondants. Les frais de déplacement et d’hébergement leur incombent également.

La date limite pour soumettre un résumé est le lundi 15 décembre 2014.

 

cauce_leaf

Avec près de 100 nationalités et langues différentes réunies sur son territoire, Winnipeg présente une remarquable diversité culturelle. Une partie importante – et croissante – de sa population (le pourcentage le plus élevé de toutes les grandes villes canadiennes) est formée d’Autochtones et la ville accueille plus de 10 000 néo-Canadiens chaque année. Les Winnipegois sont fiers de cette diversité célébrée par de nombreux festivals annuels, dont le Festival du Voyageur, Folklorama, et le Pow-Wow de remise des diplômes de l’Université du Manitoba. Et l’ouverture récente du nouveau Musée canadien pour les droits de la personne fait de Winnipeg l’endroit idéal pour tenir un congrès conjoint de l’AÉPUC et du RCIÉ sur le thème Au-delà de la diversité : apprendre et travailler dans un monde inclusif. Parlez-nous des programmes, des innovations et des recherches qui, dans votre institution, se rapportent à ce thème. Pour vous aider à mieux cibler votre intervention, nous vous suggérons trois façons d’aborder ce thème : par le biais du Dialogue sur les droits de la personne, par celui de l’Accessibilité et par celui de l’Inclusivité.

 

Dialogue sur les droits de la personne

Pour avancer dans la mise en œuvre et l’intégration d’une stratégie des droits de la personne, il faut pouvoir s’appuyer sur la participation active d’une société bien renseignée et engagée. Dans cette perspective, le RCIÉ et l’AÉPUC peuvent jouer un rôle de premier plan pour faire changer les politiques et accroître la prise de conscience dans les domaines du dialogue intergroupe, des droits de la personne et des peuples autochtones, de la paix et de la justice sociale, ainsi que des transitions culturelles auxquelles sont confrontés les néo-Canadiens. Voici quelques-unes des questions qui pourraient être abordées.

  • Le dialogue intergroupe a pour but de réunir des groupes qui pourraient entrer en conflit pour leur faire expérimenter la diversité à travers une discussion intéressante et constructive. Comment faire pour obtenir des changements significatifs dans la progression des droits de la personne?
  • Comment engager un dialogue qui permette de modifier les politiques et de conduire le Canada à adopter une position plus ferme en soutien à la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones?
  • Comment pouvons-nous contribuer à la transition culturelle des néo-Canadiens en nous assurant qu’ils soient pleinement conscients des politiques et des protections relatives aux Droits de la personne?

Accessibilité

L’accès à l’enseignement peut être limité par toute une gamme d’obstacles aussi bien physiques que financiers, sociaux, psychologiques ou émotionnels. Quels qu’ils soient, il est de notre responsabilité, en tant qu’institutions d’enseignement supérieur, de nous assurer que tous aient des chances égales d’étudier en trouvant des façons d’identifier et d’éliminer les obstacles qui entravent l’accessibilité, que ce soit par l’utilisation de plusieurs modes d’enseignement, par l’application de méthodologies différentiées ou par la mise en place de stratégies relevant d’une conception inclusive de l’enseignement. Ce thème est une excellente occasion d’explorer tout un éventail d’approches pédagogiques et administratives pour surmonter les obstacles qui s’opposent à un enseignement de qualité. Voici quelques-unes des questions qui pourraient être abordées.

  • Quels sont les problèmes qui entravent l’accès à l’enseignement et quelles solutions peut-on y apporter?
  • Quels types de programmes et de cours peuvent-ils favoriser l’accès à l’enseignement?
  • Comment l’innovation peut-elle améliorer l’accès à l’enseignement?

Inclusivité

L’adoption d’une démarche inclusive peut se produire sous l’impulsion de la société, de la communauté, des institutions d’enseignement, des programmes, des salles de classe et des étudiants. On peut définir formellement l’inclusivité comme une démarche ou une politique visant à « inclure dans un ensemble des personnes qui seraient autrement exclues ou marginalisées ». Les groupes autrement exclus ou marginalisés pourraient être les Autochtones, des néo-Canadiens, les allosexuels, les personnes provenant de milieux défavorisés ou les personnes âgées, pour n’en citer que quelques-uns. Vous ou votre établissement d’enseignement offrez-vous des programmes ou favorisez-vous des innovations centrées sur l’intégration de tous les publics? Voici quelques-unes des questions qui pourraient être abordées.

  • Quelles sont les possibilités de mettre en place de nouveaux programmes, de nouveaux partenariats ou de nouvelles alliances pour élargir l’accès à l’enseignement de façon qu’il puisse inclure tous les individus?
  • Comment voyez-vous la question de l’inclusivité et comment la résolvez-vous?
  • Quel rôle peut jouer l’innovation dans l’adoption d’une démarche inclusive?